Mot de Passe

Mot de Passe : le jeu qui active les méninges

Réussiront-ils à décrocher le jackpot ?

Mot de passe est un jeu télévisé français de divertissement produit par FremantleMedia, diffusé sur France 2, à 10h35 du lundi au vendredi, juste après Télématin. Ce jeu tout public est inspiré du programme américain Password (1961). Les candidats, épaulés par des personnalités connues, ont pour objectif de faire deviner un maximum de mots en plusieurs séries de 30 secondes. Lors de l’émission qui dure près de 40 minutes, 2 binômes composés chacun d’un candidat et d’une personnalité s’affrontent tour à tour. Le jeu se divise en 3 manches : les qualifications (8 tours), l’épreuve des mots décisifs et la finale. Chaque participant doit faire deviner à son coéquipier 5 mots en 30 secondes. Pour trouver les mots de passe, les équipes ont le droit à un seul mot indice. La gestuelle est bien évidemment interdite. Ainsi, pour faire deviner le mot “mouillette”, le participant doit dire : pain. En revanche, il existe des indices interdits, sanctionnés par un buzz : pas de mots composés, ni de la même famille, pas de mime et pas de mot commençant par le même son. Si un mot est difficile à trouver, il est possible de passer pour y revenir plus tard, toujours dans les 30 secondes imparties. Au milieu des qualifications, les candidats changent de partenaire. Lors des derniers tours, les mots à deviner sont cachés aux téléspectateurs pour les inviter à participer. Le gagnant des qualifications choisit à nouveau son coéquipier pour l’épreuve suivante des mots décisifs. Il part alors avec un point d’avance et peut garder la main ou la laisser. Jouant désormais équipe contre équipe pour trouver un même mot, chacune a le droit à un essai. Si l’équipier ne trouve pas, c’est à l’autre équipe d’essayer. Le duo gagnant accède à la finale où il doit franchir 5 paliers. Il faut d’abord faire deviner 5 mots en 9 essais, puis 5 mots en 8 essais… jusqu’au dernier palier de 5 mots en 5 essais. Pour faire deviner chaque mot, le candidat peut donner 3 indices à son partenaire. Il dispose d’une minute et 30 secondes pour franchir le palier. Le dernier palier n’est pas obligatoire : le finaliste peut repartir avec 1.000€ assurés. S’il tente et gagne, il remporte 2.000€. S’il perd, il repart avec 500€. Désormais, le champion participe aussi à l’émission suivante tant qu’il l’emporte.

Une émission vivante, dynamique et joviale

Originellement présenté par Patrick Sabatier de 2009 à 2016, c’est désormais Laurence Boccolini qui anime le plateau, avec beaucoup d’humour et de bonne humeur, et ce, depuis 2020. Le court format de l’émission (37 minutes) et des épreuves (10 minutes chacune environ) rend le jeu plus dynamique que son lointain cousin Pyramide. Les manches sont entrecoupées de commentaires sur le jeu, parfois agrémentés d’un passage musical, que les personnalités ne manquent pas d’animer. Diffusé du lundi au vendredi, ce programme est devenu un rendez-vous régulièrement suivi par près de 600.000 téléspectateurs, une belle réussite sur ce créneau du matin. Le concept du jeu, les personnalités ainsi que l’entrain de la présentatrice ne sont pas pour rien dans ce succès.

Culture générale et langue française au cœur de l’émission télévisée

Avec le jeu Mot de Passe, France Télévision offre une nouvelle opportunité aux amoureux de la langue française de gagner de l’argent. Certes, les gains sont loin d’égaler les sommes astronomiques des télé-crochets et jeux concours des chaînes privées. Cependant, dans la même veine que Questions pour un Champion, Slam ou des Chiffres et des Lettres, les candidats viennent avant tout pour le plaisir de se mesurer à d’autres fans de culture générale. Ce créneau porteur a encore de beaux jours devant lui.

On est en direct

On est en direct : la recette gagnante de France Télévision

L’émission n°1 de divertissement culturel du service public

Présenté par Laurent Ruquier en duo avec Léa Salamé, le programme On est en direct est un talk-show proposé en direct, en 2e partie de soirée le samedi sur France 2. Cette émission tout public, produite par ADL TV et RUQ Productions, a été diffusée pour la 1ére fois le 26 septembre 2020, en remplacement du programme phare de la chaîne : On n’est pas couché. Après 14 années passées à la tête de ce programme, Laurent Ruquier réinvestit le créneau de la deuxième partie de soirée du samedi avec un nouveau projet diffusé à 23h30. L’émission On est en direct est orientée sur l’actualité et la culture, avec une partie réservée pour l’interview politique. Elle offre une place importante aux débats d’opinion sans filtre, avec la promesse que la liberté de parole des invités sera respectée. La part belle est faite aux artistes, aux comédiens et aux écrivains qui peuvent venir promouvoir leurs livres, œuvres et spectacles. Chanteurs et chanteuses ont la possibilité de se produire sur le plateau en fin d’émission, et ce, quel que soit leur style musical. Laurent Ruquier a aussi souhaité reconquérir le terrain de l’humour qu’il avait abandonné avec sa précédente émission. Certains humoristes ont dorénavant leur propre rubrique. Sur les 120 minutes que dure l’émission, Laurent Ruquier et Léa Salamé sont en mesure d’accueillir jusqu’à 15 invités différents.

Laurent Ruquier et Léa Salamé : le duo de charme de France 2

Pour conserver une belle part d’audience le samedi, France 2 a choisi de faire à nouveau confiance à 2 poids lourds de la chaîne. D’un côté, Laurent Ruquier, sans doute le maître incontesté du talk-show de 2e partie de soirée (Tout le monde en parle, On va s’gêner, On a tout essayé, On n’est pas couché…). On le retrouve aussi sur RTL avec les Grosses Têtes, après être passé par France Inter et Europe 1. De l’autre côté, le mastodonte du PAF est accompagné de l’animatrice Léa Salamé, une autre grande figure de France Télévision et de France Radio. C’est elle qui a le privilège de présenter les débats lors des élections présidentielles ainsi que les interviews du président de la République : sa présence pèse forcément dans le succès de l’émission. D’une humeur plus légère que de précédentes émissions animées par ces 2 stars de la radio et du petit écran, le talk-show offre toujours une petite dose d’impertinence, chère au public de France 2. Laurent Ruquier le rappelle : le côté sans filtre des débats signifie que tout peut arriver, car « On est en direct ». Ce qui est sûr, c’est que la personnalité des animateurs et des chroniqueurs, sans oublier l’horaire de diffusion, influencent grandement la typologie de l’audience.

Un cadre intimiste cher au présentateur et aux téléspectateurs

Pour son programme, Laurent Ruquier a voulu créer une atmosphère plus contemporaine et plus personnelle que sur un gros plateau de télévision. L’émission a donc été tournée dans un véritable club. Le présentateur se déplace dans les différents espaces à la rencontre des invités confortablement assis autour des tables. La recette d’On est en direct semble gagnante puisqu’en moyenne, 800.000 téléspectateurs suivent l’émission chaque samedi soir pendant les 2 heures de diffusion. Cela représente près de 13% de part d’audience. Le talk-show a été légèrement impacté par les différents confinements de 2020 et 2021, les couvre-feux, ne permettant donc pas de tourner l’émission en direct de manière continue. Pour l’occasion, la production a choisi de rebaptiser le programme On est presque en direct, avec un tournage en journée dans les conditions du direct, jusqu’au retour à la normale en janvier 2021.

blank

Grandes Reportages

Le magazine de reportages et d’informations de TF1

Grands Reportages, un parcours et ses rebondissements

Grands Reportages est né de l’esprit imaginatif de Henri Chambon et Michèle Cotta en 1987. Le ton se veut informatif mais surtout varié et sans entrave. En évitant soigneusement toute dérive, le magazine s’emploie dès ses débuts à décrypter faits de société et actualité. Sur une durée de 50 minutes, des gros plans assortis d’interviews et d’immersions plongent le téléspectateur au cœur d’un lieu, d’un événement, de la vie d’un groupe d’individus. L’émission est diffusée avec régularité, le vendredi soir d’abord puis le lundi. Néanmoins, le succès n’est pas conforme à celui attendu et le programme est suspendu en 1998. Mais cet arrêt annonce un retour en force en 2015. Avec une diffusion à 13h30, immédiatement consécutive au journal de 13h, Grands Reportages retrouve le public pour 60 minutes. Au total, l’émission comptabilise déjà 30 ans de réussite, marqués par différents présentateurs. Henri Chambon assura le succès des premières années. À la suite de son retour sur le petit écran, Grands Reportages fut successivement présenté par Pascal Pinning, Claire Chazal et Anne-Claire Coudray. Chaque édition faisant suite immédiate au JT et insistant sur l’actualité, sa présentation par l’animateur du 13h en affirme la continuité.

La variété au service de la liberté d’expression

Dès le départ, Grand Reportages est destiné à mettre en lumière les faits et changements de la société. Beaucoup de liberté est laissée au choix de chaque thème abordé. Les documentaires se veulent une extension des journaux télévisés d’information. Ils explorent plus en détail et en profondeur leurs thématiques. Près de 2.000 sujets ont ainsi déjà présenté une grande variété autour d’un seul épisode ou plusieurs sujets. Lorsque certains thèmes nécessitent plus de temps, de préparation, plusieurs mois leur sont consacrés. Il en résulte occasionnellement des reportages conçus comme une série afin de ne rien omettre d’important. Chaque documentaire est donc très complet. Parmi les nombreux numéros de Grands Reportages, on dénombre, entre autres, la vie des policiers, les arnaques, l’addiction au jeu, la vie d’un palace en pleine pandémie de Covid, la quête des héritiers dans le monde, l’intelligence artificielle, l’écologie, les expatriés au Québec, le drame de Tchernobyl, la magie du cirque, les petits rats de l’Opéra, 4 saisons dans le port de Marseille, etc.

Les atouts de Grands Reportages

Le grand point fort du magazine d’informations Grands Reportages est de raconter des histoires avec objectivité et pragmatisme. Si chaque thème est focalisé sur le réel, il est présenté par ses acteurs. La parole est donnée aux principaux concernés et les points de vue varient pour donner une vision globale du sujet. Quel que soit ce dernier, le ton évite soigneusement le sensationnel afin de protéger l’intégrité générale de l’émission. Basée sur l’actualité développée dans le JT de 13h ou plus généralement sur l’actuel, l’émission forme un pont informatif avec un arrêt sur image détaillé. Le téléspectateur peut voir des lieux inédits pour lui, et entendre des témoignages réalistes. Ces témoins filmés dans leur quotidien, encouragés à livrer leurs ressenti et expérience créent un lien avec le public. Afin de garantir la qualité, la production s’associe à une quarantaine d’autres sociétés qui apportent leur inspiration et leurs sujets. Étudiés pour coller à la ligne éditoriale du programme, tous ont une même chance d’aboutir à une réalisation qui sera ensuite diffusée. Ce choix entretient la pluralité qui fait le succès de Grands Reportages. Enfin, le découpage de certaines histoires en épisodes renforce le souci de qualité et propose un suspense plaisant. D’une semaine à l’autre, les spectateurs ont plaisir à découvrir la suite d’un sujet qui les passionne.