Top Chef, le célèbre concours culinaire

Top Chef, “la créativité sans limites”

Une émission culinaire appréciée par un large public

Top Chef est une émission qui existe depuis 2010 : elle est diffusée sur M6. C’est un concours réunissant des cuisiniers, généralement professionnels, qui passent des épreuves culinaires et sont jugés par des chefs renommés. Top Chef est un concours télévisé proposé par M6. L’émission est diffusée en France et en Belgique, avec comme présentateur historique Stéphane Rotenberg. Sur M6, les téléspectateurs peuvent regarder Top Chef le mercredi soir, à partir de 21h05 et jusqu’à 23h20, de février à juin. Selon les années, 18 épisodes au maximum sont prévues, dont des quarts et demi-finales ainsi qu’une finale. Afin de désigner le vainqueur de l’émission, les chefs du jury votent ainsi que des convives de la Croix-Rouge qui dégustent le repas préparé par les finalistes. Outre son titre, le gagnant remporte des gains proportionnels au pourcentage de personnes ayant voté pour lui. L’audience moyenne de Top Chef en 2021 est de 29 % de parts de marché, soit 3,280.000 téléspectateurs. Parmi tous les chefs ayant gagné Top Chef depuis 2010, certains sont devenus particulièrement célèbres. Première femme à remporter Top Chef en 2011, Stéphanie Le Quellec a depuis gagné 2 étoiles au Guide Michelin ; elle a également coanimé une émission sur M6, Ma mère cuisine mieux que la tienne. Elle est également revenue plusieurs fois dans Top Chef comme invitée. Vainqueur en 2012, Jean Imber, le cuisinier des stars, a ensuite multiplié les collaborations en devenant notamment chef des soirées de la Fashion Week et de Roland-Garros. Il a aussi ouvert plusieurs restaurants et présenté une émission sur France 2, Qui sera le prochain grand pâtissier ?

Les épreuves de Top Chef

En 2021, les candidats sont 15, dont 14 professionnels et une jeune apprentie, sélectionnée à l’issue de l’émission Objectif Top Chef. Ces cuisiniers ont participé à une sélection comportant deux épreuves (une libre et une imposée) avec, comme jurés, un critique gastronomique et un meilleur ouvrier de France. Durant la première émission de Top Chef, 14 des candidats essayent d’intégrer une des 4 brigades (une par chef) et l’apprentie est mise d’office dans l’équipe de Philippe Etchebest. Après une première épreuve, 8 candidats sont sélectionnés et 6 participent à la « Dernière épreuve ». Lors des épreuves, les chefs rendent visite aux candidats et expriment leurs impressions de façon anonyme par des points de couleur : vert, intéressé ; orange : en attente pour être convaincu ; rouge : pas intéressé. Ces indications aident les candidats à éventuellement modifier leur recette. Si un candidat est choisi par plusieurs chefs, il décide, au final, quelle brigade il souhaite intégrer. À la fin du premier épisode, les brigades sont constituées (3 membres dans chacune) et un candidat « solitaire » est également qualifié pour participer seul à la suite du concours. Au fur et à mesure des épisodes, des candidats sont éliminés. Chaque saison apporte son lot de nouveautés mais, pour cette 12e année, les épreuves phares « La guerre des restos » et « La boîte noire » sont toujours présentes. Dans « La guerres des restos », les cuisiniers ont 48h pour concevoir, décorer et créer leur restaurant puis proposer 2 menus à un critique culinaire. Pour « La boîte noire », les candidats goûtent un plat dans l’obscurité totale et doivent ensuite le refaire à l’identique. En 2021, le plat mystère est un monochrome noir à base de calamar, poulpe et seiche.

Un jury de chefs prestigieux

Au fil des saisons, le rôle des chefs évolue dans Top Chef. S’ils participent uniquement au jury dans les premières saisons, ils vont peu à peu être présents également dans les cuisines pour soutenir les candidats puis devenir « chefs de bridage », c’est-à-dire qu’ils supervisent chacun plusieurs candidats. Lors des saisons 1 à 5, les chefs présents étaient Ghislaine Arabian, Christian Constant, Thierry Marx, Cyril Lignac et Jean-François Piège (qui a continué jusqu’à la saison 10). Depuis la saison 6, le jury se compose d’Hélène Darroze, jeune chef de l’Année en 1995, lauréate du prix Veuve Clicquot de Meilleure Femme chef du monde en 2015 et doublement étoilée au Guide Michelin ; Michel Sarran, chef toulousain également titulaire de 2 étoiles au Guide Michelin ; Philippe Etchebest, chef étoilé, meilleur ouvrier de France et animateur des émissions Objectif Top Chef, Cauchemar en cuisine et Cauchemar à l’hôtel. À partir de la saison 11, ils sont rejoints par Paul Pairet, chef triplement étoilé au Guide Michelin. Lors des premières saisons, des personnalités du monde du spectacle, de la télévision, du sport participent ponctuellement au jury. Ensuite, ces invités sont devenus uniquement des chefs, comme en 2021 le légendaire chef Guy Savoy.

Le Village préféré des Français, la promotion du patrimoine rural

Les plus beaux villages de France à l’honneur

Les Français élisent le village qu’ils préfèrent

Le Village préféré des Français est une émission en prime time diffusée une fois par an, au début de l’été, sur France Télévisions depuis 2012 (France 2 puis France 3 à partir de 2019) : elle est présentée par Stéphane Bern. Cette compétition permet aux régions de se mettre en avant grâce à un village emblématique. Le nombre de villages sélectionnés a évolué au fil des saisons : de 22 à 20, il est passé à 13 ou parfois 14 suite à la réforme territoriale qui a réduit le nombre des régions en France. Pour les présélections, plusieurs critères sont pris en compte : les villages doivent avoir moins de 2.000 habitants ainsi qu’un riche patrimoine bâti, naturel et/ou culturel. La production artistique de l’émission présélectionne environ 60 candidats puis le choix final est réalisé par la Production, la Chaîne et Stéphane Bern. La localisation des villages importe également, afin qu’un équilibre soit maintenu entre ceux situés à la campagne, à la montagne ou en bord de mer. Les modalités de vote ont également changé depuis les débuts de l’émission. En 2012, le public votait par internet et l’émission était diffusée quelques semaines après la clôture des votes afin d’annoncer le gagnant. À partir de 2014, le village vainqueur est annoncé en direct Certaines années, le vote se fait uniquement le soir même par téléphone et SMS. Pour d’autres éditions, comme en 2021, il a été possible de voter pendant plusieurs semaines par téléphone ou via internet.

Des lauréats qui gagnent en notoriété

Même si les villages sélectionnés sont déjà connus pour leurs charmes, devenir lauréat de l’émission de Stéphane Bern amène un exposition médiatique nationale de premier plan. Les retombées économiques sont souvent importantes, amenant généralement une hausse en termes de fréquentation touristique. De plus, cet effet bénéfique ne se limite pas au premier du classement mais concerne tous les villages sélectionnés. Grâce au reportage présentant chaque candidature, les téléspectateurs découvrent à la fois le patrimoine bâti, mobilier, culturel et immatériel (spécialités et savoir-faire locaux). Ce sont des territoires et les personnes qui y vivent qui sont valorisés. En 2021, 14 villages ont été sélectionnés pour participer à cette émission : Hérisson (Auvergne-Rhône-Alpes), Châteauneuf (Bourgogne-Franche-Comté), L’île de Houat (Bretagne), Sancerre (Centre-Val de Loire), Saint-Florent (Corse), Rocroi (Grand-Est), Long (Hauts-de-France), Samois-sur-Seine (Île-de-France), Villerville (Normandie), Domme (Nouvelle-Aquitaine), Auvillar (Occitanie), La Désirade (Outre-Mer/Guadeloupe), Fresnay-sur-Sarthe (Pays de la Loire),Saint-Véran (Provence-Alpes-Côte d’Azur). Le gagnant de 2021 est le village de Sancerre qui succède au vainqueur de 2020, le village d’Hunspach, dans le Grand-Est.

Stéphane Bern, au service du patrimoine français

Le Village préféré des Français est présenté par Stéphane Bern, un des animateurs préférés du public. Son style inimitable et son indéniable amour pour le patrimoine français séduisent les téléspectateurs depuis de nombreuses années. C’est pourquoi Le Village préféré des Français réalise chaque année de bonnes audiences, rassemblant plusieurs millions de téléspectateurs. Féru d’histoire et journaliste de formation Stéphane Bern est bien connu du grand public, grâce à ses nombreuses interventions à la télévision. Après des débuts comme chroniqueur dans plusieurs programmes de TF1, il présente ses propres programmes tels que Sagas et Célébrités. Après un bref passage sur Canal +, il anime plusieurs émissions sur France 2 comme Secret d’Histoire, Comment ça va bien ?, La maison préférée des Français. Chroniqueur de radio, écrivain, présentateur de l’Eurovision, il joue dans plusieurs fictions télévisées. Il participe également à des événements du gotha en commentant le mariage de William d’Angleterre et Kate Middleton ou le Jubilé de diamant de la Reine Élisabeth II. En 2017, il se voit confier l’organisation du Loto du patrimoine par le Président de la République.

blank

TF1, la chaîne généraliste la plus regardée en France

TF1, la chaîne qui domine le paysage audiovisuel français

TF1, la chaîne télévisée historique

La chaîne TF1, Télévision Française 1, appartient au Groupe TF1, leader de la télévision française depuis plus de 30 ans. Également appelée La Une, cette chaîne généraliste est la première en termes d’audience. C’est également la plus ancienne chaîne de télévision française. Elle doit sa popularité à une programmation diversifiée et grand public ainsi qu’aux nouvelles émissions qu’elle propose régulièrement. Depuis sa création en 1935, l’actuelle TF1 est une chaîne plébiscitée par le public français. Avec son célèbre journal télévisé de 13h, ses nouvelles séries quotidiennes, ses divertissements variés et ses films réputés, la chaîne séduit un public de tous les âges.

La plus ancienne chaîne de télévision française

La Première chaîne a été créée en 1935 mais peu de français possédaient alors un téléviseur. Pendant 29 ans, elle est la seule chaîne française, changeant souvent de nom durant cette période. Appelée la RDF Télévision française en 1945, elle diffuse le premier bulletin météo (1946) et le Tour de France (1948). Sous le nom de RTF Télévision, elle propose en 1949 le premier journal télévisé. Les téléspectateurs découvrent aussi la première speakerine cette année-là. En 1964, elle devient la Première chaîne de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française). L’ORTF est démantelé en 1975 et les différentes chaînes publiques entrent alors en concurrence sous les noms respectifs de TF1, Antenne 3 et FR3. En 1976, TF1 passe partiellement à la couleur puis totalement en 1983. TF1 est la première chaîne française privatisée en 1987. Parmi les émissions les plus célèbres de TF1 des années 80, citons Droit de Réponse, animé par Michel Polac et Sept sur Sept, présenté, à l’époque, par Anne Sinclair. Sont aussi des symboles de TF1 les séries américaines Dallas et Alerte à Malibu, les feuilletons Santa Barbara et Les Feux de l’Amour, le Club Dorothée pour les enfants et les divertissements comme Intervilles.

TF1, la chaîne la plus regardée par les Français

En 2020, ce sont plus de 50 millions de téléspectateurs qui ont regardé chaque semaine une des chaînes du groupe TF1. Globalement, le Groupe est en tête dans les parts d’audience pour la catégorie des 26 à 49 ans et celle correspondant aux femmes responsables principales des achats du foyer de moins de 50 ans. Parmi les différentes chaînes du Groupe, TF1 est, sans conteste, le leader, avec une audience en hausse et un rajeunissement de son public. Parmi les 100 meilleures audiences de 2020, 74 ont été réalisées par TF1 avec des programmes des catégories suivantes : information (Déclaration du Président de la République), sport (Finale de la League des Champions), divertissement (spectacle des Enfoirés), fiction (un téléfilm français « Pourquoi je vis » et une adaptation de sketchs de Muriel Robin « I love your coiffure »), cinéma (Les Visiteurs) et séries américaines (The Resident). Les 5 meilleures audiences de 2020 sont également créditées à TF1, à chaque fois pour des émissions d’information. Parmi les émissions les plus regardées de TF1, viennent en premier lieu, les programmes d’information. Les journaux télévisés, les JT de 13h et 20h sont toujours en tête des audiences, devançant largement leurs concurrents depuis plusieurs années avec des présentateurs célèbres comme Jean-Pierre Pernaut, qui a récemment quitté son poste après plus de 30 ans de présence à l’antenne. Le succès de TF1 est également dû à ses célèbres divertissements familiaux tels que Koh-Lanta, Mask Singer et the Voice ou encore des spectacles comme Miss France. Côté jeux, Les 12 coups de Midi et Qui veut gagner des millions attirent de nombreux téléspectateurs. La chaîne plaît aussi au public grâce à sa programmation cinématographique avec des films cultes français (Le dîner de cons) et internationaux (la série des Harry Potter). Elle innove également avec la programmation d’un feuilleton quotidien français depuis 2017 (Demain nous appartient) et, en 2020, un docu-réalité suivant la vie quotidienne de plusieurs familles nombreuses (Familles nombreuses : la vie en XXL). En 2020, un succès incontesté de TF1 est le lancement de sa nouvelle série journalière « Tout commence », qui a su dès son démarrage fédérer un public de tout âge.

blank

Fort Boyard, un concept qui séduit depuis 30 ans

Un jeu d’aventures dans un site historique

Idée de base et naissance de l’émission

Créé en 1990, le jeu s’appelait initialement «Les clés de Fort Boyard ». Le principe était à la fois simple et novateur : imaginer une aventure dans l’univers chargé d’histoire du Fort Boyard, situé en pleine mer au large de La Rochelle. L’émission a vu le jour grâce à Jacques Antoine, Pierre Launais et Jean-Pierre Mitrecey. Elle durait à l’époque moins d’une heure, contre 2h20 en 2021. Le concept est le suivant : une équipe de six candidats affrontent une série d’épreuves pour tenter de remporter un trésor. L’ensemble n’est pas sans rappeler un jeu vidéo, avec son climat mystérieux et ses PNJ (personnages non joueurs). En effet, le Fort est habité par divers protagonistes qui ne facilitent pas toujours la tâche des participants ! Au départ, les concurrents sont des personnes anonymes qui jouent pour leur propre compte. Plus tard, des équipes d’animateurs de télévision ont été constituées. Aujourd’hui, l’émission réunit des célébrités de tous horizons (sport, musique, médias, réseaux sociaux…). Les équipes jouent pour le compte d’une association caritative de leur choix.

Des épreuves de plus en plus difficiles

Le jeu comporte actuellement cinq parties. La première, qui dure 50 minutes, consiste à chercher les clés qui serviront à déverrouiller la salle du trésor. Individuellement ou à plusieurs, les candidats affrontent différentes épreuves de logique, d’adresse ou de force, dans un temps limité matérialisé par la fameuse clepsydre. Chaque défi réussi donne droit à une clé ; toute clé manquante oblige un concurrent à affronter le Conseil. Vient ensuite un intermède, la salle du Jugement, durant lequel les joueurs ont la possibilité de gagner une clé supplémentaire. Ils doivent passer, au choix, une épreuve de chance ou d’adresse. En cas d’échec, ils sont emprisonnés dans les geôles du Fort. La deuxième grande partie est la quête des indices. Ceux-ci permettront aux participants de deviner le mot-code, indispensable pour accéder au trésor. Là encore, des challenges spectaculaires attendent les candidats. Les défis proposés impliquent de surmonter ses phobies : peur du vide, claustrophobie, répulsions alimentaires, etc. Ensuite, vient la Grande Évasion : il s’agit pour le concurrent précédemment emprisonné de s’échapper d’une cellule en suivant un parcours semé d’embûches. Suite à cela, les joueurs affrontent les Maîtres lors de duels dans la salle du Conseil. Enfin, ils atteignent les portes de la salle du trésor, qu’ils ouvrent avec les clés. Ils doivent alors deviner le mot-code et le composer sur les dalles du sol, afin de déclencher la chute des pièces d’or, appelées « boyards ». Les années passant, l’ambiance du jeu est devenue plus sombre et les épreuves se sont considérablement durcies.

Des personnages emblématiques et connus du grand public

Fort Boyard doit certainement une grande partie de sa popularité aux nombreux protagonistes qui participent au jeu. De 1990 à aujourd’hui, certains d’entre eux apparaissent à chaque saison. C’est le cas bien sûr du Père Fouras, grand pourvoyeur d’énigmes perché dans sa vigie au sommet du Fort et incarné par le même acteur depuis toutes ces années. Le nain Passe-Partout guide les concurrents entre les lieux des différentes épreuves, lui aussi depuis les débuts de l’émission. Félindra fait son apparition en 1991 : c’est la dompteuse des tigres qui gardent la salle du trésor. Passe-Temps et Passe-Muraille sont deux autres nains qui ont accompagné les candidats (respectivement de 1990 à 2009 et depuis 2004). La Boule, incarné par un acteur aujourd’hui décédé, fut le geôlier du Fort de la création du jeu jusqu’en 2013. Aujourd’hui, cette équipe se complète des énigmatiques Maîtres du Temps, des sensuelles Blanche et Rouge, du répugnant Chef Willy, mais aussi d’une pléthore de personnages secondaires apparus au fil des saisons. Tout ce casting contribue à faire le succès d’un jeu dont l’audience ne se dément pas depuis trois décennies.

blank

Touche Pas à Mon Poste !

TPMP : L’émission TV, Touche Pas à Mon Poste !

Un talk-show mêlant actualité et divertissement

TPMP (Touche Pas à Mon Poste !) est un programme conçu par H2O Productions (Banijay Group), diffusé sur la chaîne C8. L’émission est présentée par Cyril Hanouna et son équipe de chroniqueurs et de chroniqueuses devant son public. Ils y traitent de l’actualité des médias et de la télévision sous forme de débats, entrecoupés de séquences spectacle et divertissement. On y parle des polémiques et des faits marquants de la semaine écoulée ainsi que des évènements à venir pour les prochains jours, le tout dans la bonne humeur. Le programme tourne aussi autour des invités, principalement des personnalités qui font parler d’elles sur le moment. Originellement, TPMP est apparu sur les ondes de France 4, le 1er avril 2010, et ce, pour 3 saisons jusqu’au transfert de l’émission vers D8 (Canal +) le 8 octobre 2012. Diffusée au départ le jeudi en 2e partie de soirée sur France 4, l’émission devient quotidienne et vise une audience plus grand public sur le créneau de l’avant-soirée. La formule a évolué au fil des saisons, que ce soit au niveau de l’horaire, de la durée du programme, du plateau ou encore des membres de l’équipe. Il existe également quelques passages en prime time pour des émissions spéciales.

Un présentateur et des chroniqueurs experts du show

TPMP repose avant tout sur les épaules de son présentateur Cyril Hanouna. Découvert sur la chaîne Comédie ! en 2000, son bagout, son entrain et son audace l’ont conduit petit à petit à se faire connaître du public dans de nombreux programmes de France Télévision, sur M6 et à la radio. Pour le nom de son émission, il s’est inspiré du slogan Touche pas à mon pote de SOS Racisme. Qu’on l’adore ou non, Cyril Hanouna est un vrai maître du show qui attire beaucoup de téléspectateurs (et de recettes publicitaires) à la chaîne C8. Il présente d’ailleurs de nombreuses autres émissions sur la chaîne de Canal +. L’animateur vedette de C8 peut aussi compter sur ses nombreux chroniqueurs et chroniqueuses qui apportent leurs opinions parfois très tranchées. Le concept est là : finies les émissions sérieuses et pompeuses, on veut s’amuser. Et cela fonctionne plutôt bien, malgré les polémiques et la distance par rapport à des programmes plus consensuels (souvent perçus comme ennuyeux).

Créer le buzz : une recette très efficace

Le succès de TPMP repose sur le côté « à la bonne franquette » de son concept ainsi que sur les choix des chroniqueurs, devenus de véritables personnages, tous membres d’une grande famille. Sans oublier un rythme saccadé laissant place aux imprévus, ce qui permet à l’émission de surfer sur le buzz et le spectacle. De la même manière que Facebook, Twitter et autre TikTok, TPMP tente de susciter l’attention pour exister face à une autre réalité du paysage audiovisuel français : l’institution télévisuelle. Le programme s’inscrit en concurrence directe avec des émissions comme Le Grand Journal, Le Petit Journal ou Quotidien, beaucoup plus élitistes et branchées. On y retrouve les codes de la téléréalité, que ce soit dans son fonctionnement ou dans le choix des invités (et des chroniqueurs) sur le plateau. TPMP est plébiscitée par un public relativement jeune qui recherche un programme accessible, un rendez-vous télévisuel qui amuse et détend. La production peut se féliciter d’attirer près d’1 million de téléspectateurs en moyenne par émission (environ 5% de part d’audience), et ce, depuis son passage au créneau de l’avant-soirée. Malgré les remaniements réguliers de l’équipe et les polémiques qui peuvent advenir, le pouvoir de l’émission sur son audience est tel que, de plus en plus de personnalités (dont une ministre) font en sorte d’être invitées pour pouvoir être visibles et audibles de cette frange de la population.

blank

N’oubliez pas les paroles : le karaoké préféré des Français

Un jeu musical produit et animé par Nagui

Un karaoké géant dans une ambiance festive

Diffusé en France depuis 2007, N’oubliez pas les paroles (NOPLP) est un jeu télévisé inspiré de l’émission américaine Don’t forget the Lyrics ! et qui reprend le principe du karaoké. Cependant, et afin de corser la difficulté, le défi consiste pour les concurrents à continuer de chanter, a capela et sans avoir le texte sous les yeux. Le jeu est animé par Nagui, qui en est également producteur par le biais de la société Air Productions. Au départ, NOPLP mettait en scène un seul candidat. Depuis 2013 cependant, le jeu voit s’affronter chaque jour deux participants, le Maestro – tenant du titre, en quelque sorte – et son challenger. De temps à autre, l’émission propose des formats légèrement différents, diffusés en access prime-time. Il peut alors s’agir d’un concours rassemblant des enfants, d’anciens candidats vedettes ou même des célébrités (qui jouent alors au profit d’une association). Côté équipe, N’oubliez pas les paroles réunit un orchestre de musiciens dont le niveau technique offre un écrin musical appréciable aux participants. Le jeu emploie également des choristes de haut vol, ainsi qu’une équipe d’ « ambianceurs » qui assurent le spectacle.

Des concurrents sélectionnés avec soin

L’un des éléments-clés du succès de N’oubliez pas les paroles est certainement le niveau des chanteuses et chanteurs qui s’y produisent. Ceux-ci doivent passer de nombreuses épreuves avant de pouvoir monter sur la scène de l’émission. D’abord contacté par téléphone, chaque aspirant chanteur interprète alors un titre de son choix. Si l’équipe est convaincue, la personne est ensuite invitée à un casting, qui a lieu dans différentes villes de France. Ce test se déroule en plusieurs temps et commence par une épreuve écrite, au cours de laquelle le candidat doit compléter les paroles manquantes sur des chansons célèbres du répertoire français. Ensuite, il ou elle chante un titre imposé devant les autres aspirants chanteurs. Si le jury est séduit par la prestation vocale et scénique, le futur compétiteur est convié à se présenter lors d’une courte vidéo et à chanter différentes chansons sur des bandes play-back. Enfin, les candidats retenus sont invités sur le plateau de tournage à Saint-Denis. Outre le plaisir de se produire sur scène, devant des milliers de téléspectateurs, le jeu offre des gains financiers appréciables, notamment aux Maestros. Le record absolu est détenu par Margaux, une concurrente qui, avec 59 victoires, totalise 530.000 euros de gains !

Des musiciens et des choristes hors pair

Chaque émission est suivie assidûment par des centaines de milliers de spectateurs – près de 5 millions pour certains primes événementiels. Le concept du jeu y est certes pour beaucoup, mais l’animateur et l’équipe expliquent aussi cet engouement. Nagui, dont le succès ne se dément pas depuis Taratata, jouit d’une vraie popularité auprès du public. Quant aux choristes et musiciens du plateau, ils permettent réellement aux candidats de chanter dans des conditions professionnelles. Magali Ripoll, chanteuse, accordéoniste et claviériste de talent, accompagne les participants depuis les débuts de l’émission. Nathalie Loriot, que l’on voit régulièrement sur scène avec Bénabar, et Fabien Haimovici (batteur et percussionniste de formation) assurent les chœurs depuis 2014. Ils sont accompagnés depuis 2015 par Jessie Fasano, également choriste de Black M. Manu Vince, engagé par Céline Dion et chanteur dans la comédie musicale « Le Roi Lion », les a rejoints derrière les micros en 2017. Côté musiciens, les compétiteurs sont soutenus par un orchestre impressionnant : cuivres (trompette, saxophone et trombone), cordes (guitare, basse et violon), batterie et percussions. Enfin, le jeu ne serait pas tout à fait le même sans la présence de Cruella, alias Gaëlle Leroy, coproductrice de l’émission. Elle intervient en voix off pour aider les participants, en leur rappelant les dernières paroles avant celles qu’ils doivent retrouver.

blank

Le 19/20 de France 3, du régional à l’international

Une heure d’informations locales, nationales et mondiales

« Le 19/20 c’est l’info avant l’heure ! »

Le 19/20 est un programme d’informations diffusé tous les jours entre 19h et 19h55 sur France 3. Existant depuis mai 1986, il se compose de 2 parties : les éditions régionales, préparées par les 24 stations régionales de France 3, suivies de l’édition nationale, gérée par la rédaction nationale. La chaîne France 3 a été créée en 1992 : elle appartient au Groupe France Télévisions, tout comme France 2. Elle succède à FR3 (France Régions 3), apparue lors du démantèlement de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française) en 1974, en remplacement de la troisième chaîne de l’ORTF, qui avait été lancée en 1972. France 3 a conservé les objectifs de programmations régionales de ses prédécesseurs. Cette vocation régionale se décline notamment au niveau de ses journaux télévisés parmi lesquels le JT 19/20. Au printemps 1986, FR3 inaugure le 19/20, un programme quotidien d’informations qui se démarque des autres JT traditionnels. En effet, il finit au moment où « la grand-messe du 20h » débute sur les chaînes concurrentes. De plus, il combine informations locales, régionales, nationales et internationales Après quelques mois, les spectateurs sont habitués à ce nouveau créneau. Dès 1990, le 19/20 est diffusé tous les jours de la semaine et deux éditions locales sont lancées (Lille et Tours). Peu à peu, les éditions régionales se multiplient : c’est alors que les responsables de la programmation décident de consacrer davantage de temps aux éditions locales et régionales. Début 2021, France 3 ajoute à sa programmation un nouveau journal régional en direct à 18h30 dans 13 de ses éditions régionales.

De nombreux JT 19/20 régionaux

Les éditions régionales du 19/20 sont au nombre de 47 : Alpes, Alsace, Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Centre-Val de Loire, Champagne-Ardennes, Corse-Corsica Sera, Côte d’Azur, Édition Caen, Édition Rouen, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Limousin, Midi-Pyrénées, Nord Pas-de-Calais, Paris Île-de-France, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes, Rhône-Alpes, Auvergne, Normandie-Rouen, Normandie-Caen, Littoral Hauts de France, Grand Lyon, Saint-Etienne, Marseille, Var, Nice, Quercy Rouergue, Pays Gardois, Pays Catalan, Baie de Seine, Périgords, Pau Sud Aquitaine, Euskal Herri Pays Basque, Pays de Corrèze, Atlantique, Territoire Nord Lorrain, Iroise, Maine, Edicion Occitana, Païs Catala, Tarn. Certaines de ces émissions sont diffusées tous les jours à 19h (ex : Pays de la Loire), des éditions dites de proximité précèdent des éditions régionales à 18h50 (ex : Grand Lyon) ou 18h53 (ex : Atlantique). D’autres éditions sont proposées uniquement le samedi à 19h15 (ex : Païs Catala, en langue catalane), La Corse bénéficie d’un journal télévisé spécifique, U Nutiziale, à 20h. Ces émissions locales et régionales développent uniquement des sujets d’actualité relatifs à la zone géographique de leur diffusion. Elles sont généralement en français mais certaines éditions sont également en langues régionales (provençal, breton, alsacien, catalan et occitan).

L’édition nationale du JT 19/20

L’édition nationale du 19/20 est un journal télévisé diffusé chaque jour à partir de 19h25. Elle est présentée par des journalistes différents, certains consacrés à la semaine, et d’autres spécifiques pour le week-end (du vendredi au dimanche soir). Après l’annonce des titres, ce journal télévisé aborde des sujets liés à l’actualité locale, nationale, européenne et internationale. Il rappelle aux téléspectateurs quelle est la question du jour, déjà présentée pendant l’édition nationale du 12/13 et qui sera abordée lors du Grand Soir 3, journal télévisé du soir. Pendant la semaine, l’édition nationale du 19/20 dure 30 minutes .Le week-end, elle dure 25 minutes et se termine par un reportage relatif à l’actualité culturelle. De nombreux présentateurs se sont succédé depuis les débuts de l’édition nationale du 19/20, d’abord en duos puis seuls. Parmi les plus emblématiques, citons le duo Henri Sannier accompagné de Catherine Ottenheimer et Paul Amar avec Élise Lucet. En solo, Élise Lucet a présenté le journal pendant plus de 10 ans, remplacée par Audrey Pulvar puis Laurent Bignolas. Actuellement, Carole Gaessler présente l’édition de la semaine depuis 2010 et Catherine Matausch celle du week-end depuis 2004.

blank

Tout le monde veut prendre sa place, culture générale et tactique

6 challengers rêvant de détrôner un champion

Une émission aussi célèbre que son présentateur, Nagui

Tout le monde veut prendre sa place est un jeu quotidien de culture générale diffusé sur France 2 depuis juillet 2006 : il est animé par Nagui. 6 nouveaux candidats viennent à chaque émission pour se départager en répondant à des quizz : le meilleur affrontera le champion, qu’il espère évidemment remplacer.Tout le monde veut prendre sa place est diffusé sur France 2 à 12h et dure 50 minutes. L’émission est également proposée sur TV5 Monde, TV5 Québec Canada et 2 chaînes belges. Elle réalise de bons scores d’audience avec un record en 2021 atteignant 18,5 % de parts de marché, soit 1,98 millions de téléspectateurs. Le succès de ce jeu est notamment dû à son présentateur emblématique, Nagui. Sacré animateur TV préféré des français en 2019, Nagui a débuté à la télévision en 1986 sur TMC puis M6. Il travaillera aussi sur TF1, la Cinq puis France 2 où les spectateurs apprécient sa bonne humeur et son enthousiasme. Parmi les émissions phares qu’il a présentées, citons Taratata, N’oubliez pas votre brosse à dents, Que le meilleur gagne et N’oubliez pas les paroles. Nagui, présentateur de Tout le monde veut prendre sa place depuis sa création, a décidé de laisser sa place : ainsi, Laurence Boccolini le remplacera pendant l’été 2021.

Un jeu où tout le monde peut devenir champion

Afin d’être candidat, il faut passer par des présélections en participant soit aux sélections en ligne par vidéo, soit aux sélections organisées plusieurs fois par an dans de grandes villes françaises comme Marseille, Paris, Perpignan, etc. Les dates et lieux de ces présélections sont disponibles sur le site officiel du jeu. Un délai d’un an minium est requis avant de repasser les tests en cas d’échec. Il est possible de passer les présélections uniquement deux fois. Les présélections comprennent un test écrit, puis deux entretiens. Les personnes sélectionnées sont recontactées par la production dans les trois mois suivant les présélections. Les enregistrements des émissions ont lieu chaque mois, avec plusieurs émissions enregistrées en une journée. Elles sont ensuite diffusées au rythme d’une par jour, dans les deux mois qui suivent leur enregistrement. Il est possible de participer à l’enregistrement en tant que membre du public. Pour cela, il suffit de postuler sur le site de l’émission. Certaines émissions spéciales font l’objet de formats particuliers et/ou de jours de tournage différents. Il y en a eu plusieurs depuis la création de l’émission. Voici quelques exemples : en 2007, avec des candidats européens pour fêter les 50 ans du Traité de Rome ; en 2009, pour la 1.000e émission ; en 2011, pour les 50 ans de Nagui ; en 2018, à l’occasion de la 4.000e émission, etc.

Un jeu où tout le monde peut devenir champion

Pendant la première phase, les Qualifs, les 6 candidats (3 hommes et 3 femmes) doivent répondre à des questions de culture générale, sachant que les thèmes ont été donnés à l’avance. Chaque candidat choisit son mode de réponse qui influe sur le nombre de points à gagner : « Duo », avec 2 propositions de réponse pour gagner 1 point ; « Carré » avec 4 choix pour 3 points ou « Cash » sans proposition de réponse qui permet de gagner 5 points. Les 4 meilleurs à l’issue de cette manche sont qualifiés pour la seconde manche, La compét’, : ils gagnent alors un cadeau. Ils doivent répondre à 8 questions sur un thème donné à l’avance. Certaines sont en « Duo », d’autres en « Carré » et les dernières en « Cash ». Le joueur avec le plus de points peut affronter le champion en tant que challenger pendant la troisième phase, le Duel, et gagne un autre cadeau. 4 thèmes sont proposés et le champion décide lequel est attribué au challenger et lequel lui est destiné. Chaque thème comprend 6 questions auxquelles il faut répondre en choisissant entre « Duo », « Carré » ou « Cash ». Le challenger débute, sans que son score ne soit connu. Ensuite, le champion doit estimer quel score il veut égaler ou dépasser puis répond aux questions de son thème en choisissant aussi entre « Duo », « Carré » ou « Cash ». Son score est donné à chaque réponse. Ensuite, les points gagnés par le challenger sont calculés. Si le total est inférieur ou égal à celui du champion, celui-ci conserve son titre et ses gains augmentent, sachant qu’il gagne de l’argent grâce à ses bonnes réponses et aussi à celles du challenger. Dans le cas contraire, le challenger peut remplacer le champion, sauf s’il accepte de partir avec un montant que lui offre le champion pour garder son titre. Pour le moment, la plus grande championne de l’émission, Marie-Christine, a totalisé 213 victoires soit un gain de 196.900€.

blank

Sept à huit, l’actualité multiformat du dimanche soir

Les événements du moment en trois reportages et un portrait

Un magazine d’un genre nouveau sur ce créneau horaire

Sept à huit vient à la suite de 19 heures dimanche et Public, qui succédaient eux-mêmes au mythique 7 sur 7 d’Anne Sinclair. Le 10 septembre 2000, TF1, qui souhaite donner un coup de frais à ses programmes de début de soirée, lance Sept à huit. Il s’agit d’un magazine d’information et d’actualité, présenté par Laurence Ferrari et Thomas Hugues. En 2006, ceux-ci cèdent la place au journaliste Harry Roselmack, déjà aperçu dans l’émission politique France Europe Express présentée par Christine Ockrent. Sept à huit est basé sur l’actualité du moment, qu’elle soit politique, sociétale ou économique, nationale ou internationale. Les sujets sont présentés sous forme de reportages (trois ou quatre par émission). Les événements sont montrés à travers le témoignage de ceux qui les vivent : des personnalités, des anonymes… Le magazine se termine sur une rubrique nommée « Le portrait de la semaine ». Il s’agit, là encore, d’aborder l’actualité avec un regard humain, l’invité – qu’il soit célèbre ou non – étant acteur ou victime d’un événement particulier. Les interviews sont réalisées par Thierry Demaizière, ex grand reporter à RTL, qui demeure invisible à l’écran.

Évolution de l’émission et éditions complémentaires

À sa création en 2000, Sept à huit est programmée chaque dimanche soir de 18h50 à 19h50. En mai 2011, au vu de l’audience réalisée, le format passe à 1h45, à partir de 18h. En 2015, nouveau changement : cette fois, l’émission est divisée en deux parties d’une durée de 1h15 chacune. Sept à huit Life commence à 17h15 : elle se présente comme un magazine de proximité, qui colle à la réalité quotidienne des Français et propose des histoires insolites, émouvantes ou dramatiques. Les rubriques emmènent le téléspectateur soit à la rencontre d’anonymes soit ils lui proposent une immersion dans le quotidien de divers héros de l’ombre. Quant à Sept à huit, l’émission conserve son créneau habituel à 18h30 et garde le format reportages / portrait qui a fait son succès. En 2020, face au confinement et pour combler le vide laissé par le feuilleton Demain nous appartient, la maison de production Éléphant et Cie lance un magazine complémentaire baptisé Sept à huit : la quotidienne. Diffusée à partir du 23 mars 2020, cette nouvelle venue a pour ambition de montrer comment les Français vivent avec la pandémie. Soignants, familles, personnes âgées, chefs d’entreprise ou commerçants sont au cœur de ce magazine de trois quarts d’heure. Cependant, faute d’audience, l’expérience prend fin le 10 avril 2020.

Des sujets d’actualité et de proximité qui font la force du concept

La présence de Sept à huit sur le créneau très convoité d’avant le Journal Télévisé depuis plus de 20 ans, atteste du succès de l’émission. Malgré quelques changements de formats, la ligne éditoriale n’a que peu varié depuis la naissance du magazine. C’est vraisemblablement cette proximité avec les spectateurs, cette volonté de leur permettre de s’identifier aux personnes présentées, qui font le succès de la recette. Ce n’est sans doute pas un hasard non plus si chaque émission inclut au moins un reportage sur un fait divers. Ces « affaires », très médiatisées, suscitent bien souvent intérêt et empathie de la part du public. Les personnalités invitées pour le portrait de fin d’émission sont elles aussi judicieusement choisies : des chanteurs populaires comme Vianney ou Michel Sardou, des comiques comme Gad Elmaleh, des acteurs comme Gérard Lanvin ou Daniel Auteuil se sont succédé dans Sept à huit. Le magazine ne boude pas non plus les stars contemporaines, comme le chanteur Gims ou le footballeur Neymar. Au final, avec une moyenne de 4,5 millions de spectateurs à chaque diffusion, Sept à huit tient fièrement tête à la concurrence et ne semble pas sur le point de faiblir.

blank

Capital, l’actualité économique à la loupe

Une émission de télévision qui vulgarise l’économie

Le magazine novateur de M6

Imaginée par la chaîne M6, Capital naît en 1988. Tout juste entré au sein du groupe de la sixième chaîne, Emmanuel Chain propose un nouveau concept. Diplômé de HEC, l’animateur d’une rubrique associée au journal 6 minutes rebondit sur une idée de sa direction. La rubrique économique devient alors un programme de 15 minutes qui vulgarise l’économie. Capital est d’abord diffusé le week-end, en milieu de journée puis le soir, avant d’être programmé le vendredi soir. L’audience permet de confirmer le succès de l’émission. Dès 1993, elle occupe la première partie des dimanches soir, en alternance avec Zone interdite. Le second numéro intitulé « La grande bouffe » récompense la décision prise avec un joli succès de 17% des parts de marché. C’est Emmanuel Chain qui, fort de ses connaissances, anime Capital, alternant entre enquêtes de terrain, reportages ciblés économie et consommation. Les thèmes abordés sont généralistes, attirant tous les profils de téléspectateurs. Parmi les thèmes abordés : le gaspillage alimentaire, les vacances, les classes moyennes, l’argent public, la sécurité routière, le gaspillage industriel, etc.

Une émission qui évolue avec son temps

Jusqu’au début des années 2010, Capital mise sur des thèmes qui interpellent le public. De la bourse aux habitudes de consommation, de la Jet Set à l’immobilier, l’émission est structurée par des reportages suivis d’un discours pédagogique. L’ambiance est décontractée : elle plaît d’autant plus que chacun peut se retrouver dans les problématiques abordées. En 2003, le créateur et animateur vedette de Capital quitte son poste pour laisser la place à Guy Lagache. Des éditions spéciales sont programmées, tout comme des sujets novateurs. Les questions environnementales sont étudiées aux côtés d’invités experts qui viennent exposer leur point de vue et analyses. Lorsque Thomas Sotto prend la tête de l’émission à son tour, il accompagne une nouvelle formule, un plateau revu à neuf et un générique modernisé. En parallèle des questions consuméristes, Capital se lance dans des numéros plus concentrés sur la société et ses enjeux. Plusieurs fois récompensé, le magazine d’économie est ensuite présenté par François-Xavier Ménage, Bastien Cadéac et, depuis 2018, par Julien Courbet.

Capital, créateur d’un modèle télévisuel

Avant Capital, les émissions traitant de sujets de société se bornaient à des plans fixes sur des plateaux TV. Le ton était souvent élitiste et refusait de mettre un fort accent sur les questions d’argent. La popularité de ce programme se définit par son discours décomplexé, sa vulgarisation et sa pédagogie de l’économie. Les Français aiment apprendre les rouages de la société de consommation expliqués simplement. Les interviews et la présentation instaurés par Emmanuel Chain offrent au spectateur un aperçu généraliste mais pointu. Auparavant, seuls quelques intéressés et experts comprenaient le fonctionnement de la bourse, de l’immobilier, des grandes entreprises. Une émission comme Capital permet à un large public de mieux saisir les règles et dérives de la société de consommation. Ce programme présente chaque sujet de manière concrète, paroles de spécialistes et chiffres à l’appui. Aucun sujet n’est banni par crainte de déplaire. Plusieurs grandes entreprises ont ainsi eu droit à un gros plan sans fioritures : Coca-Cola, McDonald’s, Nike, etc. La réalité du quotidien économique des Français est mise en lumière de manière claire et sans parti pris. En complément, Capital traite ses sujets avec éthique et un rythme qui sait tenir en haleine. Chaque numéro associe reportages sur les faces cachées des secteurs économiques et des échanges avec un ou plusieurs invités. Les questions soulevées sont incisives et tiennent compte de l’actualité, de ses conséquences. Son concept a initié un nouveau style que l’on retrouve dans Envoyé spécial, Complément d’enquête et Cash Investigation.