N’oubliez pas les paroles : le karaoké préféré des Français

Un jeu musical produit et animé par Nagui

Un karaoké géant dans une ambiance festive

Diffusé en France depuis 2007, N’oubliez pas les paroles (NOPLP) est un jeu télévisé inspiré de l’émission américaine Don’t forget the Lyrics ! et qui reprend le principe du karaoké. Cependant, et afin de corser la difficulté, le défi consiste pour les concurrents à continuer de chanter, a capela et sans avoir le texte sous les yeux. Le jeu est animé par Nagui, qui en est également producteur par le biais de la société Air Productions. Au départ, NOPLP mettait en scène un seul candidat. Depuis 2013 cependant, le jeu voit s’affronter chaque jour deux participants, le Maestro – tenant du titre, en quelque sorte – et son challenger. De temps à autre, l’émission propose des formats légèrement différents, diffusés en access prime-time. Il peut alors s’agir d’un concours rassemblant des enfants, d’anciens candidats vedettes ou même des célébrités (qui jouent alors au profit d’une association). Côté équipe, N’oubliez pas les paroles réunit un orchestre de musiciens dont le niveau technique offre un écrin musical appréciable aux participants. Le jeu emploie également des choristes de haut vol, ainsi qu’une équipe d’ « ambianceurs » qui assurent le spectacle.

Des concurrents sélectionnés avec soin

L’un des éléments-clés du succès de N’oubliez pas les paroles est certainement le niveau des chanteuses et chanteurs qui s’y produisent. Ceux-ci doivent passer de nombreuses épreuves avant de pouvoir monter sur la scène de l’émission. D’abord contacté par téléphone, chaque aspirant chanteur interprète alors un titre de son choix. Si l’équipe est convaincue, la personne est ensuite invitée à un casting, qui a lieu dans différentes villes de France. Ce test se déroule en plusieurs temps et commence par une épreuve écrite, au cours de laquelle le candidat doit compléter les paroles manquantes sur des chansons célèbres du répertoire français. Ensuite, il ou elle chante un titre imposé devant les autres aspirants chanteurs. Si le jury est séduit par la prestation vocale et scénique, le futur compétiteur est convié à se présenter lors d’une courte vidéo et à chanter différentes chansons sur des bandes play-back. Enfin, les candidats retenus sont invités sur le plateau de tournage à Saint-Denis. Outre le plaisir de se produire sur scène, devant des milliers de téléspectateurs, le jeu offre des gains financiers appréciables, notamment aux Maestros. Le record absolu est détenu par Margaux, une concurrente qui, avec 59 victoires, totalise 530.000 euros de gains !

Des musiciens et des choristes hors pair

Chaque émission est suivie assidûment par des centaines de milliers de spectateurs – près de 5 millions pour certains primes événementiels. Le concept du jeu y est certes pour beaucoup, mais l’animateur et l’équipe expliquent aussi cet engouement. Nagui, dont le succès ne se dément pas depuis Taratata, jouit d’une vraie popularité auprès du public. Quant aux choristes et musiciens du plateau, ils permettent réellement aux candidats de chanter dans des conditions professionnelles. Magali Ripoll, chanteuse, accordéoniste et claviériste de talent, accompagne les participants depuis les débuts de l’émission. Nathalie Loriot, que l’on voit régulièrement sur scène avec Bénabar, et Fabien Haimovici (batteur et percussionniste de formation) assurent les chœurs depuis 2014. Ils sont accompagnés depuis 2015 par Jessie Fasano, également choriste de Black M. Manu Vince, engagé par Céline Dion et chanteur dans la comédie musicale « Le Roi Lion », les a rejoints derrière les micros en 2017. Côté musiciens, les compétiteurs sont soutenus par un orchestre impressionnant : cuivres (trompette, saxophone et trombone), cordes (guitare, basse et violon), batterie et percussions. Enfin, le jeu ne serait pas tout à fait le même sans la présence de Cruella, alias Gaëlle Leroy, coproductrice de l’émission. Elle intervient en voix off pour aider les participants, en leur rappelant les dernières paroles avant celles qu’ils doivent retrouver.

Le 19/20 de France 3, du régional à l’international

Une heure d’informations locales, nationales et mondiales

« Le 19/20 c’est l’info avant l’heure ! »

Le 19/20 est un programme d’informations diffusé tous les jours entre 19h et 19h55 sur France 3. Existant depuis mai 1986, il se compose de 2 parties : les éditions régionales, préparées par les 24 stations régionales de France 3, suivies de l’édition nationale, gérée par la rédaction nationale. La chaîne France 3 a été créée en 1992 : elle appartient au Groupe France Télévisions, tout comme France 2. Elle succède à FR3 (France Régions 3), apparue lors du démantèlement de l’ORTF (Office de radiodiffusion-télévision française) en 1974, en remplacement de la troisième chaîne de l’ORTF, qui avait été lancée en 1972. France 3 a conservé les objectifs de programmations régionales de ses prédécesseurs. Cette vocation régionale se décline notamment au niveau de ses journaux télévisés parmi lesquels le JT 19/20. Au printemps 1986, FR3 inaugure le 19/20, un programme quotidien d’informations qui se démarque des autres JT traditionnels. En effet, il finit au moment où « la grand-messe du 20h » débute sur les chaînes concurrentes. De plus, il combine informations locales, régionales, nationales et internationales Après quelques mois, les spectateurs sont habitués à ce nouveau créneau. Dès 1990, le 19/20 est diffusé tous les jours de la semaine et deux éditions locales sont lancées (Lille et Tours). Peu à peu, les éditions régionales se multiplient : c’est alors que les responsables de la programmation décident de consacrer davantage de temps aux éditions locales et régionales. Début 2021, France 3 ajoute à sa programmation un nouveau journal régional en direct à 18h30 dans 13 de ses éditions régionales.

De nombreux JT 19/20 régionaux

Les éditions régionales du 19/20 sont au nombre de 47 : Alpes, Alsace, Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Centre-Val de Loire, Champagne-Ardennes, Corse-Corsica Sera, Côte d’Azur, Édition Caen, Édition Rouen, Franche-Comté, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Limousin, Midi-Pyrénées, Nord Pas-de-Calais, Paris Île-de-France, Pays de la Loire, Picardie, Poitou-Charentes, Provence-Alpes, Rhône-Alpes, Auvergne, Normandie-Rouen, Normandie-Caen, Littoral Hauts de France, Grand Lyon, Saint-Etienne, Marseille, Var, Nice, Quercy Rouergue, Pays Gardois, Pays Catalan, Baie de Seine, Périgords, Pau Sud Aquitaine, Euskal Herri Pays Basque, Pays de Corrèze, Atlantique, Territoire Nord Lorrain, Iroise, Maine, Edicion Occitana, Païs Catala, Tarn. Certaines de ces émissions sont diffusées tous les jours à 19h (ex : Pays de la Loire), des éditions dites de proximité précèdent des éditions régionales à 18h50 (ex : Grand Lyon) ou 18h53 (ex : Atlantique). D’autres éditions sont proposées uniquement le samedi à 19h15 (ex : Païs Catala, en langue catalane), La Corse bénéficie d’un journal télévisé spécifique, U Nutiziale, à 20h. Ces émissions locales et régionales développent uniquement des sujets d’actualité relatifs à la zone géographique de leur diffusion. Elles sont généralement en français mais certaines éditions sont également en langues régionales (provençal, breton, alsacien, catalan et occitan).

L’édition nationale du JT 19/20

L’édition nationale du 19/20 est un journal télévisé diffusé chaque jour à partir de 19h25. Elle est présentée par des journalistes différents, certains consacrés à la semaine, et d’autres spécifiques pour le week-end (du vendredi au dimanche soir). Après l’annonce des titres, ce journal télévisé aborde des sujets liés à l’actualité locale, nationale, européenne et internationale. Il rappelle aux téléspectateurs quelle est la question du jour, déjà présentée pendant l’édition nationale du 12/13 et qui sera abordée lors du Grand Soir 3, journal télévisé du soir. Pendant la semaine, l’édition nationale du 19/20 dure 30 minutes .Le week-end, elle dure 25 minutes et se termine par un reportage relatif à l’actualité culturelle. De nombreux présentateurs se sont succédé depuis les débuts de l’édition nationale du 19/20, d’abord en duos puis seuls. Parmi les plus emblématiques, citons le duo Henri Sannier accompagné de Catherine Ottenheimer et Paul Amar avec Élise Lucet. En solo, Élise Lucet a présenté le journal pendant plus de 10 ans, remplacée par Audrey Pulvar puis Laurent Bignolas. Actuellement, Carole Gaessler présente l’édition de la semaine depuis 2010 et Catherine Matausch celle du week-end depuis 2004.